FANDOM


« Aux confins montagneux et arides d'Anequina et Pellitine, dans la vallée secrète de Shandra-li, le Monastère des Trois Lunes est un centre culturel et spirituel khajiit préservé des emprises aldmeri ou impériales grandissantes sur les régions voisines. Le village de Tojal a germé à ses abords, à l'abri de ses remparts. »
Le Monastère des Trois Lunes est un site sacré khajiit retranché dans des hauteurs non-cartographiées avoisinant le Mont Heimthor, à environ une semaine de marche au sud-ouest des marches de la Camarde.

Flanqués de reliefs escarpés et cernés de savanes et déserts aux mirages redoutables, le Monastère et sa vallée sont réputés très isolés, quand leur existence n'est pas purement remise en cause par les sceptiques. L'accueil de visiteurs autres que les caravaniers locaux n'a commencé qu'avec les sceaux du triskelion et leurs portails magiques.

Il s'agit du siège de la confrérie éponyme.

Aménagement

L'enceinte du Monastère des Trois Lunes s'étend sur un vallon à flanc de montagnes comprenant différents biomes du sud de Tamriel, traversés par un cours d'eau.

Le monastère en lui-même est un imposant bâtiment juché sur de vastes et anciennes terrasses maçonnées.

Le versant sud représente le climat local : aride et battu par les vents. Aux pied des monts Crocs-du-Ciel et sous les balcons du monastère, s'étendent les jardins et les terrains d'entrainement où les moines viennent déambuler, s’exercer et méditer. A l'ombre de ses pins, un autel lunaire est toujours garni de précieuses offrandes.

En contrebas, davantage abrités, les vergers du monastère prolongent ces jardins paisibles. Une arche de pierre marque la porte symbolique du domaine monastique.

Plus bas encore, une route vaguement pavée mène aux remparts et à leur seul point d'ouverture. Dans ces terrains à mi-chemin entre savane et désert, les tempêtes de sable, le soleil de plomb ou les pluies de mousson ont forcé les voyageurs à bâtir des abris de fortune sous forme de campement.

La rivière Shandra délimite le versant nord. Deux ponts l'enjambent jusqu'au village de Tojal.

Le solide pont d'aval, emprunté par les caravaniers, mène au bazar et au caravansérail. Le bazar de Tojal est un enchevêtrement d'allées couvertes, de tentes, chapiteaux et roulottes.

Le village est centré sur un hôtel de ville bâti en dur, cumulant les rôles d'accueil administratif et de restaurant à son rez-de-chaussée, et d'auberge et de résidence à l'étage. Son entrée est alignée sur le pont d'amont, qui surplombe élégamment la plantation de sucrelune, établie sur des hauts-fonds.

En contournant l'hôtel de ville et en remontant vers le nord-est, on entre dans une oasis de palmiers, banians et cannes à sucrelune sauvages, un bosquet verdoyant évoquant la jungle de Tenmar chère à Tahajmi de Pellitine et son fidèle léopard Tahajpurr. Cette végétation luxuriante est permise par un microclimat tropical humide, l'abondance d'eau et l'abri procuré par les falaises au pied des Chutes de Shandra-li. A cet endroit, la cascade a formé une vasque qui sépare les derniers bâtiments de Tojal et les hauts murs de pierre des terrasses du monastère ; sur l'autre rive, un sentier en escalier y mène.

En haut du versant nord, le sentier contournant le monastère débouche sur une enceinte au pied des Crocs-du-Ciel : le Sanctuaire des Lunes tangentes (ou lunes contingentes), lieu saint où selon la légende, le fondateur Jo'Qa-ri aurait communié avec le Ja-Kha'jay à l'issue d'une ascension éprouvante.

Histoire

D'après des archives précieusement conservées par les moines des Trois Lunes, la fondation du Monastère remonterait au début des années 2E300 conséquemment à la formation de la Confédération d'Elsweyr, lorsque le premier gourou de la Confrérie des Trois Lunes, Jo'Qa-ri l'Arpenteur des lunes, fut encouragé dans son fameux "pèlemirage" au sommet des Crocs-du-Ciel par Celestras le Visionnaire en personne.

Redescendu ébloui par la "vision de Magrus sur les Lunes tangentes", il trébucha et, étourdi par la chute, il s'assoupit près d'une cascade ombragée, enchantée et plantée de sucrelune : Shandra-li.

Sous l'emprise d'un rêve lucide, il aurait alors soudain matérialisé magiquement le monastère où il établirait sa confrérie.

Ayant récemment inspecté le site, le fils de Celestras a supposé que cette légende reflétait métaphoriquement la capacité d'imagination et la volonté sans faille du mystique khajiit et de ses successeurs pour parvenir à bâtir un petit paradis dans cette contrée inhospitalière. En outre, il releva que le monastère reposait sur des fondations semblant bien plus anciennes, allant jusqu'à supposer que les Crocs-du-Ciel étaient déjà un site de pèlerinage dès l'ère méréthique.

Depuis un peu moins d'un siècle, la quiétude de Shandra-li et le rayonnement spirituel de son Monastère a attiré des dévots et leurs proches, des marchands, des fugitifs, qui, en s'installant dans la vallée, ont fait émerger un bidonville devenu véritable bourg : Tojal.

Galerie

Monastère et Crocs-du-Ciel

Les monts Crocs-du-Ciel au crépuscule, par-delà les hauteurs du Monastère des Trois lunes.